Le lâcher prise vu par les neurosciences

par Jan 22, 2022

Comment la confiance en la vie nous aide à lâcher prise

Est-ce qu’il vous arrive des fois de penser « Il faut juste que je lâche prise et tout ira bien. » et d’essayer de le faire sans aucun résultat ? Pire, plus vous essayer de lâcher prise, plus ça paraît impossible !

Pourquoi une action aussi simple en apparence, qui logiquement demande aucun effort physique, peut s’avérer si difficile à réaliser ? Quelle peur se cache derrière l’incapacité de lâcher prise ? Regardons de plus près ce qui se joue à l’intérieur de nous dans ces situations.

Jacques veut s’exprimer très bien, avoir des idées claires et les communiquer simplement à ses proches. Il observe et analyse chacune de ses phrases et s’autocorrige et critique à la moindre erreur. Résultat sa communication ne fait que s’empirer.

Delphine veut que son fils réussisse les examens de fin d’année. Elle lui répète sans cesse à quel point c’est important d’y arriver. Résultat son fils n’a aucune envie de travailler.

Marion veut que sa famille accepte son choix de partenaire et n’arrête pas de mettre en avant les qualités de son futur mari. Résultat sa famille construit un fort argumentaire contre ce mariage.   Et si la meilleure des stratégies pour Jacques, Delphine et Marion était de lâcher prise ?

Cela peut paraitre contre-intuitif mais se détacher d’un résultat attendu, permet de se libérer de la peur de perdre et donne accès à des ressources supplémentaires qui garantissent le résultat désiré.

Autrement dit Jacques aura une meilleure habilité de rectifier sa communication s’il lâchait prise sur son exigence d’une très bonne communication, Delphine augmenterait sa force de conviction si elle donnait à son fils le droit d’échouer, et si Marion lâchait prise sur l’idée que sa famille devrait approuver son choix, ils vont se sentir rassurés du fait qu’elle arrive à faire confiance à son choix malgré les résistances de l’extérieur.

Ce qui les empêche de lâcher prise, c’est leur désir d’avoir du contrôle sur la situation, de diriger les évènements. Ils préfèrent la sensation illusoire de tout maîtriser, même si à l’intérieur d’eux-mêmes ils savent que c’est impossible. Le sentiment de contrôle devient leur petite addiction et ils prennent plaisir de maintenir le fantasme de pouvoir tout anticiper et prévoir, croyant qu’ils peuvent éviter les catastrophes. Et c’est là où le pire arrive où tout d’un coup la complexité de la situation monte et ils réalisent enfin qu’il y avait des choses qui ne dépendaient pas d’eux…le lâcher prise devient inévitable et ça fait peur.

D’où vient cette peur de l’inconnu et comment la surmonter ?

Pendant des millénaires l’être humain a cherché à comprendre et apprivoiser les forces de la Nature afin de se préparer aux surprises agréables et désagréables de celle-ci. Nous avons appris à associer les phénomènes et leurs conséquences pour en déduire les patterns communs. Notre cerveau cherche naturellement à associer des informations diverses pour en déduire les interdépendances et pouvoir établir des stratégies d’adaptation. Cependant les situations d’incertitude et manque de contrôle continuent à réveiller nos peurs et nos angoisses. Dans un monde où notre survie devient de plus en plus certaine, où peu d’entre nous se couchent avec la question « est-ce que je vais être attaqué par un animal sauvage dans la nuit ? », nous avons perdu l’habitude d’accepter l’incertitude comme un sentiment normal, nous avons perdu l’habitude de faire face à l’incertitude dans notre quotidien.

Comment faisaient nos prédécesseurs pour qui l’incertitude était un compagnon de route ? Quelle stratégie avaient-ils pour ne pas succomber aux angoisses ? Peut-on s’inspirer de leur comportement et comment ?

Avant de répondre à cette question, une petite étude scientifique1 qui s’intéresse aux croyances que nous utilisons lorsqu’on est face à une situation où on sent que le contrôle nous échappe. A l’université d’Amsterdam 140 personnes ont été interrogés sur leur croyances spirituelles par rapport à l’origine de la vie. Ensuite les participants ont été demandé de se remémorer un souvenir dans lequel ils ont éprouvé un sentiment de manque de contrôle et de donner trois arguments qui soutiennent l’hypothèse que le future est incertain. A la fin de l’expérience les participants devaient choisir entre deux théories de l’origine de la vie – la théorie de Darwin qui évoque l’idée de processus aléatoires et la théorie du Dessein Intelligent qui postule qu’il y a une forme d’intelligence supérieure (Créateur, Dieu, Vie etc.) qui ordonne les évènements de la vie. L’étude a démontré que la croyance dans un ordre supérieur augmentait dans une situation d’incertitude. C’est-à-dire que lorsque nous sentons que les évènements nous dépassent, naturellement nous allons chercher le sentiment de sécurité dans une force plus grande, un ordre qui nous permet de voir que nous ne sommes seuls et que nous pouvons nous reposer sur cette intelligence qui nous dépasse et retrouver la sérénité que tout est sous contrôle, même si celui-ci ne nous appartient pas.


Conclusion de l’étude : croire en l’existence d’une intelligence supérieure permet de mieux gérer les angoisses liées à la peur de l’inconnu dans les moments d’incertitude.


lâcher prise
spiritualité

Il est impossible de lâcher prise juste en se demandant de le faire.

J’ai vu personne pouvoir faire ça. Par contre vous lâcherez naturellement prise lorsque vous verrez que quelqu’un ou quelque chose de plus compétent que vous s’occupe de la situation et vous aide à aller vers vos objectifs.

Pour développer cette attitude de confiance en la vie, vous avez besoin d’abord de connaître vos objectifs. Bien identifier et préciser vos objectifs va vous permettre de garder le focus sur la destination que vous voulez atteindre. Il est impossible de voir comment la vie vous aide si vous ne savez pas à quelle fin vous voulez arriver.

Ensuite, vous avez besoin de commencer à chercher les liens qui existent entre ce que vous vivez et les qualités que vous avez besoin de développer pour atteindre cet objectif. Autrement dit, comprendre en quoi la situation que vous traversez vous aide à devenir celui que vous voulez devenir. Comment les personnes ou les évènements qui viennent naturellement sur votre chemin sont parfaits pour vous entraîner à développer vos talents.

Et pour augmenter d’avantage la certitude que la vie vous aide à grandir à chaque instant, vous pouvez utiliser votre passé. Rappelez-vous trois évènements du passé, que vous avez trouvé désagréables à vivre et qui au final vous ont permis de développer des qualités qui étaient importantes pour vous. Voyez clairement que sans ces évènements il aurait été difficile d’obtenir ces compétences. Listez toutes les choses dont vous bénéficiez aujourd’hui et qui vous rapprochent de votre objectif final grâce à ces expériences.

Ce dernier exercice vous permet d’augmenter votre faculté de connecter les points du puzzle et voir l’ordre se construire derrière des situations en apparence aléatoires. Jouez avec votre passé et présent jusque ce que vous développez la certitude que quoiqu’il arrive vous allez apprendre et grandir. Cette confiance que la vie nous accompagne sur le chemin et nous aide à réaliser nos objectifs nous aide à nous stabiliser de l’intérieur lorsque les choses à l’extérieur paraissent instables. La question ici n’est pas de chercher à savoir si vraiment il y a un ordre supérieur, mais d’apprendre à utiliser le sentiment que cela procure au service de nos objectifs. Une vie de qualité c’est une vie remplie d’émotions de qualité. Quoi de mieux que de cultiver un sentiment de gratitude envers la vie, surtout lorsque des évènements désagréables se présentent sur notre chemin ?

1.        Rutjens, B. T., van der Pligt, J. & van Harreveld, F. Deus or Darwin: Randomness and belief in theories about the origin of life. J. Exp. Soc. Psychol. 46, 1078–1080 (2010).

2.        Kross, E., Berman, M. G., Mischel, W., Smith, E. E. & Wager, T. D. Social rejection shares somatosensory representations with physical pain. Proc. Natl. Acad. Sci. U. S. A. 108, 6270–5 (2011).

Vous aimerez aussi

Nos émotions sont imaginaires

Nos émotions sont imaginaires

Jetez un coup d’oeil dans les coulisses du cerveau émotionnel. Quelle est la durée biologique d’une émotion et comment faire un nettoyage émotionnel et libérer le corps de ses charges émotionnelles.

Comment être authentique

Comment être authentique

La vraie authenticité n’est pas l’authenticité avec les autres...⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀Pendant des années je pensais qu’être authentique voulait dire pouvoir dire ce qu’on pense aux autres. Je croyais que je manquais de confiance pour partager mes idées, mes pensées et mes...

Notre cerveau ne sait pas être heureux

Notre cerveau ne sait pas être heureux

Nous avons deux biais biologiques. Le biais de négativité qui montre que notre cerveau est plus sensible aux informations négatives. Et le biais de disponibilité qui détermine la perception globale de notre vécu. Vous combinez les deux et vous obtenez un cerveau qui vous donne la sensation que votre vie est remplie d’expériences négatives et dures à traverser.

Vous êtes inspirant

Vous êtes inspirant

C’est quoi l’inspiration ?
Qu’est-ce qui nous permet de nous sentir inspiré ? Et qu’est-ce qui pourrait nous en empêcher ?

Catégories

Coaching et formation pour explorer le potentiel illimité de votre cerveau

Les neurosciences pour l'excellence

Commencez dès aujourd’hui

par un exercice de

préparation mentale!